CHRONIQUE DU JEUDI : Lovely Complex

LovCom – La chronique du jeudi #54

Tous les jeudis, Amo revient sur un animé terminé. L’occasion de découvrir ou redécouvrir aussi bien des classiques que des titres tombés dans l’obscurité. Un topic est mis à votre disposition sur le forum pour retrouver toutes les anciennes chroniques.

À noter que désormais, un dimanche sur deux, Jehros vous parlera d'un film d'animation !


Jusqu’à présent on a peu parlé de shôjos dans la chronique du jeudi et c’est un mal qui doit être réparé. Si les adaptations de shôjos ne sont pas aussi populaires que celles de shônens, il reste que c’est une partie non négligeable de l’industrie qui peut se targuer d’offrir autant de bons animés que tout le reste. Aujourd’hui nous allons jeter un œil du côté d’un shôjo comique, rempli de bonne humeur sans être dépourvu de quelques petites émotions : Lovely Complex !


r

Risa et Otani, les deux héros de cette histoire de complexes ! 

Une histoire de taille


L’histoire de Lovely Complex est avant tout celle de deux héros. En premier lieu, nous avons Otani, un jeune garçon assez soupe au lait et facilement irritable qui n’apprécie guère qu’on se moque de sa taille. Et pour cause: il fait 1 m 56 dans un pays ou la moyenne de taille masculine est de 1 m 70 ! Mais malgré son caractère plutôt rude, il reste un joueur de basketball extrêmement doué qui parvient à compenser sa taille par son agilité et sa vitesse. Pensez à Hinata de Haikyû mais beaucoup plus souvent de mauvais poil.


Quant à l’héroïne, il s’agit de Risa qui elle aussi est une personne assez impulsive et qui montre rarement aux gens ses côtés mignons. Il faut dire qu’elle aussi est assez différente du reste avec sa taille de 1 m 72 ce qui fait, dans un pays où la moyenne de taille féminine est de 1 m 60, qu’on a tendance à la surnommer « la girafe », à son plus grand déplaisir.


Ces deux personnages vont donc devenir de très bons amis dans un esprit de rivalité assez bon enfant. Toujours prêts à se vanner mutuellement et à se chamailler, l’intérêt de Lovely Complex va être ainsi de voir leurs sentiments évoluer l’un pour l’autre…




Du plus grand au plus petit


Lovely Complex est donc initialement un manga d’Aya Nakahara, une shôjo mangaka connue pour ses mangas très axés comédies comme Berry Dynamite ou Courage Nako. Le manga dure en tout 17 volumes dont la prépublication, commencée en 2001, s’est conclue durant l’été 2007. Ce qui tombe, comme par hasard, durant la diffusion de l’animé.


Animé produit par le studio Toei et débuté en avril 2007 qui est, honnêtement, une transcription sans trop d’inventivité du manga original. Et, du coup, heureusement que la source d’origine est de qualité ! En effet, Lovely Complex est un manga vraiment drôle qui se distingue principalement par un dynamisme assez détonnant. Le rythme y est soutenu et le casting de personnages est suffisamment réduit et sympathique pour que l’auteur puisse s’amuser avec et proposer de nombreuses situations amusantes et divertissantes.



L’aspect romance n’est évidemment pas en reste avec des habituels triangles et carrés amoureux, des quiproquos et de nombreux autres obstacles. Si l’on commence le manga en étant assez convaincu que les deux héros finiront ensemble, il faut reconnaître que le chemin n’est pas de tout repos pour y parvenir, bien aidé par un Otani qui peut se montrer très benêt quand il le faut. On n'échappe ainsi pas à certains clichés du genre, qui sont heureusement suffisamment assumés pour ne pas gêner. 


Du coup, si l’animé fait le strict minimum sur cette adaptation, il faut tout de même signaler le fait qu’il a réussi à conserver ce rythme, ce dynamisme et cette bonne humeur qui se dégage de l’ouvrage original. Une des qualités vient également de la quantité ahurissante de grimaces et de reactions faces que peuvent tirer les personnages. Et on ne parle pas du casting de personnages secondaires assez amusants comme Seiko le travesti détendu ou Chiharu la timide à la force herculéenne. Petit bonus amusant : Lovely Complex se déroulant du côté d'Osaka, les personnages ont donc tous l'accent assez particulier de la région ! 

 


Destiné finalement à tous les publics, Lovely Complex reste, malgré ses 8 ans, une œuvre amusante, divertissante et qui parvient à très bien gérer son aspect romantique. La fin de la série est très chaleureuse et donne envie de supporter le petit couple qui se crée entre Risa et Otani. Avec son idée de départ amusante, ses dialogues burlesques, ses personnages hauts en couleur et son bon rythme, voilà une comédie réussie qui vous rendra de bonne humeur !


Jeune adulte responsable heureusement plus grand qu'Otani, Amo s’occupe de son blog Néant Vert et participe au podcast LOLJAPON. Vous pouvez le suivre sur Twitter à @PiscesAmo
Other Top News

0 Comments
Be the first to comment!
Sort by: