CHRONIQUE DU JEUDI : Sword Art Online II

La chronique du jeudi #72

Tous les jeudis, Amo revient sur un animé terminé. L’occasion de découvrir ou redécouvrir aussi bien des classiques que des titres tombés dans l’obscurité. Un topic est mis à votre disposition sur le forum pour retrouver toutes les anciennes chroniques.


Il y a un an, nous évoquions dans le cadre de cette chronique du jeudi la série Sword Art Online. Entre temps, la popularité de la série n’a pas faibli d’un iota. La sortie du light novel original en français a continué d’apporter un nouveau public toujours plus large à la série. En même temps, la réception critique très tranchée de la série a créé, à la franchise, autant de sceptiques que de fans.

 

Du coup, il y a un an débutait la seconde saison. On retrouvait derrière elle un staff relativement similaire à la première, mais des ambitions bien différentes. Si la première saison avait surpris pas mal de personnes avec un succès sorti presque de nulle part, cette seconde partie était attendue au tournant. Divisée en trois arcs narratifs bien distincts, que vaut-elle, finalement ? Efface-t-elle les défauts de la première saison ou, au contraire, les exagère-t-elle ? Parvient-elle à retrouver l’efficacité de la première partie ? C’est ce que nous allons voir.

 

Évidemment, si vous n’êtes pas familier avec l’univers de Sword Art Online, nous vous recommandons de lire en priorité la chronique du jeudi dédiée à la première saison.

 

Illustration de magazine avec les deux principaux arcs de cette seconde saison : Sinon & Kirito à gauche pour Phantom Bullet, et Asuna & Yuuki à droite pour Mother's Rosario

 

The Phantom Pain

 

Comme expliqué plus haut, cette saison deux de Sword Art Online est divisée en trois arcs narratifs bien distincts : Phantom Bullet, Calibur et Mother’s Rosario. Par facilité, nous allons créer une partie par arc, tant il paraît important de les séparer clairement. Ainsi, le premier des trois arcs, Phantom Bullet, part sur une idée très intéressante : transposer le héros de Sword Art Online, Kirito, dans un autre jeu en ligne bien éloigné de l’heroic-fantasy auquel nous avions été habitués jusque-là. En effet, l’arc se déroule au sein de Gun Gale Online, un autre jeu en ligne. Ce dernier est très inspiré de Battlefield, Counter Strike ou Call of Duty, c’est-à-dire, pour les profanes, centré principalement sur l’usage d’armes à feu.

 

Dans ce jeu de guerriers, qui est joué en réalité virtuelle à l’aide d’un casque, comme l’était avant lui Sword Art Online et Alfheim Online, un mystère rôde : un mystérieux personnage masqué, nommé Death Gun, semble réussir le miracle de tuer des joueurs aussi bien dans le jeu que dans la vie réelle. Kirito est alors dépêché par un ministère pour s’infiltrer dans le jeu et essayer de trouver plus de détails sur cette mystérieuse affaire. Il y fait la rencontre de Sinon, une experte du sniper qui va l’initier aux us et coutumes de ce jeu, totalement à l’opposé des MMORPG heroic-fantasy à épées qui étaient son fort.

 

Et quand le méchant ressemble à un Dark Vador avec une conjonctivite, on rigole moins.

 

On a là une idée intéressante pour une seconde saison, qu’on peut même trouver assez courageuse : au lieu de rester dans l’univers emblématique de la franchise, on part à nouveau pour quelque chose de radicalement différent. C’est donc difficile de reprocher à Sword Art Online le fait qu’il ne se repose pas sur ses lauriers et ose prendre des risques. Maintenant, il faut avouer que dans ce cas bien précis, le risque n’est pas forcément payant et l’arc n’est tout simplement pas à la hauteur des attentes.

 

Plusieurs raisons à cela, mais la principale chose à pointer du doigt reste l’écriture globale de l’arc qui n’est pas vraiment réussie. On part sur des idées intéressantes, comme Kirito qui découvre un jeu dans lequel il n’est pas forcément à l’aise. Mais ces idées ne sont pas exploitées comme il faut et les nouveaux personnages introduits à l’arc ne sont pas assez bien mis en valeur. Sinon est ainsi plutôt charismatique de prime abord - son épisode d’introduction parvient à nous faire éprouver de l’affection assez efficacement - mais le fait qu’elle semble régresser au fur et à mesure du récit, passant de badass indépendante à laquais de Kirito en moins de deux épisodes, déçoit énormément.

 

En outre, les combats ne sont généralement pas passionnants, et il faut avouer que le vrai crime de cet arc est de se révéler par moments plutôt ennuyeux. Un comble pour une série comme Sword Art Online qui n’est certes pas toujours intelligente, mais parvient toujours à être fun et divertissante pour compenser. On a des épisodes qui ne cachent pas le fait qu’ils sont là pour meubler - comme cet affrontement entre Kirito et Sinon qui ne sert à rien puisque les deux finissent par être qualifiés à la manche suivante, le nom du vainqueur du match important peu. Beaucoup d’erreurs et d’incohérences, donc, ce qui n’est pas acceptable à ce niveau.

 

Rajoutez une conclusion assez terrible, très proche de celle de l’arc précédent, et l’on peut comprendre le peu d’enthousiasme du public vis-à-vis de Phantom Bullet, qui aura créé une sorte de désamour avec son public malgré les bonnes idées initiales. Dommage, donc. Heureusement, les deux arcs suivants vont pouvoir compenser...

 

Sinon, sacrifiée sur l'autel de l'écriture

 

From the United Kingdom, I’m looking for him

 

L’arc suivant est donc le bien nommé Calibur. Bien nommé, puisque l’épée sacrée du même nom va être au centre du scénario.

 

On a donc trois épisodes qui reprennent place au sein d’Alfheim Online, où Kirito et tous ses amis collectés au sein des trois arcs précédents vont tâcher de récupérer une épée sacrée. Et, optionnellement, ils vont tenter de sauver le serveur d’Alfheim Online, menacé par une IA devenue super agressive à la suite d’une erreur de programmation.

 

C’est un arc qui sera rapide à décrire puisqu’il s’agit de pur fanservice, dans le sens où on vous propose pendant trois épisodes de voir vos personnages préférés s’allier pour botter des culs de monstres et de boss. Tout ce qu’on a aimé dans la saison précédente, en somme. L’arc est plutôt léger, se regarde sans déplaisir et assure pas mal d’un point de vue technique. Et puis, il faut avouer que, comme il exploite une des plus grosses qualités de Sword Art Online, c’est-à-dire son casting de personnages attachants, il part gagnant à moindres frais. Et on est heureux de retrouver Asuna, Klein, Lisbeth, Leafa et compagnie, en plus de Kirito.

 

Bref, cet arc fait une bonne transition entre Phantom Bullet et Mother’s Rosario.

En avant vers l'aventure !

 

Les feels de ma mère

 

Phantom Bullet changeait le lieu de l’action ? Mother’s Rosario, lui, prend un autre risque : changer le protagoniste. Maintenant, le risque est ici bien plus calculé, et finalement bien moins inconsidéré, puisque le nouveau protagoniste est Asuna. Elle est, soyons honnêtes, de très loin le personnage le plus populaire de la saga.

 

Néanmoins, ce changement est bénéfique en tous points. Après deux arcs qui l’ont vue devenir une demoiselle en détresse (Fairy Dance) et un objet de décoration (Phantom Bullet), cet arc va essayer de la remettre sous les projecteurs et de lui apporter un développement et une évolution qui étaient devenus nécessaires. En effet, le temps avance dans l’univers de la série et Asuna n’a toujours aucune idée de son avenir, sachant que sa mère semble assez agacée de la voir retourner dans les jeux en ligne tout en fréquentant une école de seconde zone. En parallèle, elle fait la rencontre, dans Alfheim Online, d’une nouvelle guilde de quelques personnes qui possèdent un objectif assez unique : vouloir battre un boss à seulement huit personnes. Elle va donc devenir leur stratège et se lier d’amitié avec Yuuki, la chef de cette guilde, qui est au passage une épéiste de talent capable d’égaler Kirito…

 

Cette saison se concentre donc totalement sur Asuna et va la voir essayer de gérer ces deux mondes. Il faut avouer que des cinq arcs qui auront composés les deux saisons de Sword Art Online, Mother’s Rosario est sans doute le plus convaincant du lot. Si l’on peut craindre les phases entre Asuna et sa mère, celles-ci se révèlent finalement bien plus nuancées et réfléchies qu’on aurait pu s’y attendre, et permettent aux deux personnages une évolution positive. Quant aux phases MMORPG avec Yuuki, celles-ci cumulent des scènes d’action très enthousiasmantes (l’épisode 21 est un délice) avec des passages plus émouvants qui, s’ils ne sont pas subtils pour un sou, fonctionnent très bien.

 

^_^V

 

C’est un arc qui a donc l’avantage de ne commettre aucune erreur fatale, mais qui en plus parvient à apporter à Sword Art Online beaucoup de choses qui manquaient jusqu’alors, tout en gommant certains défauts agaçants. Le fait que Kirito soit devenu un personnage secondaire est par exemple une bonne idée, et rend chacune de ses apparitions bien plus précieuses, nous permettant de ressentir bien plus efficacement son statut de meilleur joueur.

 

En somme, de cette seconde saison de Sword Art Online, on retiendra aussi bien du bon que du passablement médiocre. Les deux arcs principaux ont néanmoins l’énorme mérite de prendre chacun des risques et de ne pas nous offrir de simples suites, nous apportant au passage des changements intrigants. Il serait donc dommage de la réduire au semi-échec - qu’est Phantom Bullet - sans considérer Mother’s Rosario qui est rempli de bonnes intentions bien exécutées.

 

Mother's Rosario revient également sur le passé d'Asuna via quelques flashbacks bien placés.

 

Reste à attendre l’adaptation de l’arc toujours en cours au Japon, le mystérieux Alicization et ses enjeux qui semblent encore monter d’un cran, remettant Kirito au centre des débats. Maintenant que la franchise a atteint quasiment un statut de blockbuster, inutile de dire que la pression va être toujours plus grande sur le studio A1 Pictures, à eux de gérer le coup, donc.

 

Jeune adulte responsable et toujours un peu trop fan du personnage de Lisbeth dans Sword Art Online, Amo s’occupe de son blog Néant Vert et participe au podcast LOLJAPON. Vous pouvez le suivre sur Twitter à @PiscesAmo

Other Top News

0 Comments
Be the first to comment!
Sort by: