Animet'Eck #11 : Gundam Iron-Blooded Orphans

Tragédie sur l'adolescence, Gundam Iron-Blooded Orphans nous transporte au fin fond de l'espace pour nous livrer l'intimité d'un groupe d'adolescents en plein contexte social tiraillé par la guerre.

Retrouvez Eck chaque quinzaine pour la présentation d’une série du catalogue Crunchyroll. Spoiler : elle lui a plu, et il vous explique pourquoi. Un topic regroupant les chroniques est disponible sur le forum.


Mobile Suit Gundam est une saga (dont Amo vous parle ici) à la réputation qui la précède, pour ses qualités de scénario et d’animation sûres et notamment pour la gigantesque fresque spatiale qu’elle a su tisser au fil des décennies. Gundam c’est du space opera sur fond de géopolitique instable, avec guerres, alliances et retournements de veste. Ce sont des combats de Mobile Suits et autres méchas flamboyants qui rugissent dans les cieux et font s’entrechoquer la ferraille. Mais Gundam, c’est aussi la vie. La nature humaine dans sa représentation la plus théâtrale, digne des drames d’antan. Et l’ultime déclinaison de la saga ne fait pas exception à la règle : Iron-Blooded Orphans est bel et bien une pièce de théâtre en trois actes.


Gundam IBO poster



Acte I : Enfance


Sur la planète Mars, dans la région de Chryse, des enfants travaillent. Chaque jour ils subissent un entraînement militaire spartiate dans le but de devenir des bons petits soldats pour une compagnie privée de sécurité martienne : Chryse Guard Security. Orphelins, personne ne les attend à la maison en cas de mort et ils le savent, et c’est dans cet état d’esprit très fataliste que les jeunes Orga Itsuka et Mikazuki Augus évoluent.

Ce sont deux amis de longue date qui font partie d’un groupe soudé et s’ils ont survécu à cette vie c’est bien parce qu’ils étaient ensemble tout ce temps. C’est la face de la médaille, les oubliés de la Guerre des Calamités, qui a opposé cette colonie qu’est Mars à la Terre, havre des maîtres et des investisseurs qui s’offrent le luxe de disposer de terres sur Mars. Le revers de cette médaille n’est rien d’autre que les propriétaires et autres politiques qui tiennent les rênes.

Kudelia Aina Berstein est une aristocrate qui va de l’avant en cherchant à aider les habitants de Chryse en leur promettant l’indépendance, bien qu’allant à l’encontre de la volonté de son père qui est en charge de la région autonome. C’est lors d’une visite officielle et sous escorte du CGS qu’elle est visée par une attaque du groupe armé Gjallarhorn. Cette milice protège les intérêts de la Terre et possède des antennes un peu partout. C’est donc évidemment lors de cette escarmouche que Mika et Orga vont la protéger et notamment en fomentant une révolte contre leurs dirigeants en faisant alors d’une pierre deux coups. À l’aide du Gundam Barbatos piloté par Mika et son talent certain pour la guerre et de l’appui politique et financier de Kudelia, le groupe de jeunes prendra le nom de Tekkadan et formera un groupe de mercenaires indépendantistes escortant Kudelia jusqu’à la Terre.



 

Le clip du premier ending Orphans no Namida (Les Larmes des Orphelins) chanté par MISIA représente bien ce rêve d'échappatoire qui voit naître l’espoir d’un avenir meilleur. La chanson apporte régulièrement une surcouche tragique toujours bienvenue en fin d'épisode.


Cette genèse de l’histoire est certes un poil longue, mais nécessaire pour bien comprendre dans quel contexte se situent l’univers et les personnages. C’est ainsi qu’il est facile d’y dégager les thématiques chères à l’auteur du script : Mari Okada. J’en parlais récemment au sujet de la saga WIXOSS, cette scénariste attache beaucoup d’importance au thème de l’amitié, de l’enfance et des conditions au passage à l’âge adulte. Des thèmes qui parlent à un public généralement jeune et qui savent toucher en plein cœur la plupart d’entre nous par le simple fait que l’adolescence est un sujet universel et souvent mouvementé.

L’enfance ici est symbolisée par la maison, leur colonie martienne, laquelle leur est soustraite par la contrainte d’un rapport de force plutôt musclé. La perte d’un repère de l’enfance comme le foyer familial ou apparenté (ils sont orphelins, certes, mais forment une famille à eux tous réunis) a une influence déterminante dans la vie d’un enfant. Cela fait aussi le lien avec la séparation de la matrice maternelle lors de la naissance. Les protagonistes sont en effet nés à nouveau lors de leur indépendance autoproclamée, leur offrant alors l’espoir d’un avenir meilleur que celui qu’ils avaient fini par accepter par fatalisme. Vient alors le chemin le plus tortueux une fois les premiers pas amorcés : la puberté.



Acte II : Adolescence


Les conflits sont au cœur de l’adolescence. La puberté en soi est un conflit interne entre un « moi » enfant qui refuse de perdre ses privilèges (protection venant des adultes, un toit, un repas, pas de travail) et un « moi » qui veut devenir adulte pour gagner en indépendance et en libre arbitre. Cette lutte hormonale qui afflige notre corps comme notre psyché est le nerf de l’évolution de tout un chacun. C’est au cours de cette période que l’on découvre ce qui nous forgera plus tard : les rêves d’avenir, la peur de l’échec, l’amour, le sexe, la défaite ou encore la perte de ses amis. Tout cela fabrique chaque personne et les membres de Tekkadan n’en sont pas exemptés. Mika découvre la douleur du deuil tout comme il fait découvrir l’amour aux filles qui l’entourent (petit veinard). Orga découvre la difficulté d’être un leader, avec les aléas qu’il faut résoudre en urgence, les responsabilités qui pèsent sur les épaules comme des chapes de plomb impossible à retirer, les regards inquiets de ses frères d’armes qu’il faut motiver pour aller de l’avant…


Tout un ensemble de contextes et situations qui font que nos jeunes protagonistes survoleront le spectre des émotions en un battement de cils. De conflit en conflit, ils passeront alors les obstacles que la vie leur promet et se rapprocheront petit à petit de l’idéal qu’ils recherchent, ici représenté par la fin du road trip initial vers la Terre. La fin du voyage mènera enfin à des négociations politiques qui déboucheront sur des solutions équitables. Enfin du moins c’est le plan qu’ils ont tous en tête.


Gundam IBO casting

Le groupe Tekkadan, Kudelia, et leurs proches réunis autour du Gundam Barbatos. 


Acte III : Âge adulte


Pour parvenir à leurs fins, les jeunes de Tekkadan devront surmonter bien des épreuves, dont des imprévues. La plus difficile à affronter de front et qui est la première rejetée en bloc, de toute évidence par manque de maturité et excès de confiance, est la mort. Le deuil représente ici l’âge adulte. L’être aimé avec qui on a vécu toute sa vie qui disparaît n’est alors personne d’autre que nous-même, notre « moi » du passé, notre propre enfance. Celle-ci, révolue, est mise sous cage pour laisser place à la nouvelle vie qui se fera sans le « moi » enfant. Sans les morts également, bien que demeureront leur souvenir et leur héritage. Ce dernier est d’ailleurs typique de ce genre d’œuvre basée sur des contextes politisés baignant dans l’ombre d’une guerre. Les héritiers moraux du défunt vont alors puiser la force de combattre à travers le sacrifice de leur proche qui ne doit en aucun cas être vain. Cette rage de vaincre devient alors le fondement du raisonnement de la suite des aventures.

Le studio Sunrise a souhaité donner la parole à l'auteure plus qu'à ses animateurs pour cette série et cela se ressent. Les dialogues et les sentiments des personnages sont prioritaires sur l'action pure qui passe au second plan voire s'absente pendant certains épisodes, cassant ainsi avec les habitudes que peuvent avoir les fans de la saga Gundam. Néanmoins, l'esprit demeure et l'opening Raise Your Flag du groupe Man With A Mission restera un succès populaire comme commercial pendant des mois prouvant que la série a su tirer son épingle du jeu. 

 

Kudelia

Prêtes à se mettre à la lutte des classes !

 

Et c’est ici que se termine la première partie de Gundam Iron-Blooded Orphans, après 25 épisodes forts en émotions, affrontements et révélations. Le statu quo varie régulièrement et les cartes changent de main, mais la lutte n’est pas terminée et il faudra patienter jusqu’à l’automne 2016 pour avoir le fin mot de l’histoire. La série est disponible en streaming dans son intégralité sur Crunchyroll.

 

Retrouvez Eck sur Crunchyroll toutes les deux semaines pour une chronique sur l’animation japonaise, ou chez votre marchand de journaux dans les pages d’AnimeLand, sur le web chez Nostroblog (où il fait en gros la même chose, mais en râlant) et pour les plus valeureux : suivez-le sur Twitter pour tout savoir sur lui… ou presque.

Autres Top News

0 Commentaires
Soyez le premier à commenter !
Trier par: