OPINION : Squid Game capture l'essence des isekai

Qu'est-ce que Squid Game et les isekai ont en commun ? Découvrons-le !

Il y a quelques jours, j'ai fait comme bon nombre d'entre vous et j'ai binge-watché Squid Game aussi vite qu'il est humainement possible. La série est une combinaison passionnante de manigances de jeux mortels et de critique sociale, nous présentant un large éventail de personnages mémorables, puis les tuant tout aussi rapidement qu'ils ne sont apparus. Même si son auteur, Hwang Dong-hyuk, a lutté pendant dix ans pour la voir produite, cela semble parfaitement approprié, illustrant le fossé béant entre les nantis et les démunis avec précision et fureur.

 

Kaiji

Ne sommes-nous pas à bord de ce bateau parce que nous n'avons pas le choix ?

 

En fait, Squid Game semble si pertinent que, tout en la regardant, je n'ai pas pu m'empêcher de me sentir frappé par les parallèles entre la série et une grande partie des anime modernes. Dong-hyuk n'a pas hésité à partager ses influences - il a explicitement déclaré que Squid Game était inspiré d'histoires comme Kaiji et Liar's Game, ainsi que l'œuvre Battle Royale originale. Mais à ce stade, le « jeu mortel capitaliste » n'a pas besoin d'être la prémisse d'une série pour être son ultime point de départ. Le simple fait de commenter la société provoquera de tels thèmes, et même le fait d'essayer d'échapper à la société finit par illustrer la nature de l'injustice moderne. Ainsi, dans les luttes désespérées des héros de Squid Game, je n'ai pu m'empêcher de voir des échos de l'isekai moderne.


Les personnages de Squid Game sont animés par les mêmes besoins de base que de nombreux héros d'isekai. N'ayant pas réussi à s'intégrer dans la société ou ayant été carrément rejetés par celle-ci, leur vie est définie par la pauvreté et la déception. Même ceux qui se sont apparemment intégrés au système sont brisés ou isolés d'une manière ou d'une autre, avec de vieilles promesses d'une carrière fiable et d'une famille épanouissante désormais brisées par une économie instable et une vie privée atomisée. Tout comme la galerie de NEETs (Not in Education, Employment or Training), de solitaires et d'employés de bureau épuisés des isekai, les personnages de Squid Game n'ont pas réussi à trouver le bonheur dans la vie quotidienne et sont plutôt envoyés dans un monde fantastique à la place.

 

How Not to Summon a Demon Lord

Depuis combien de temps n'ai-je pas parlé à quelqu'un ?!

 

"Mais le monde de Squid Game est un abattoir", diront certains. "Qu'est-ce que cela a à voir avec les mondes fantastiques d'isekai ?" Personnellement, je vois beaucoup de points communs entre les deux. Pour Squid Game comme pour les isekai, le nouveau monde choisi est un retour en enfance, ce qui pourrait bien être la dernière fois que le monde a eu un sens pour les protagonistes. Dans Squid Game, ce nouveau monde est fait de jeux de cour de récréation issus des souvenirs de jeunesse de l'auteur ; dans les isekai, c'est un monde comparable aux jeux de rôle et light novels, des lieux familiers et cozy pour des aventures réconfortantes. Ce sont des mondes définis par des défis sur lesquels les protagonistes ont une chance égale, voire un avantage, par rapport aux compétences nébuleuses exigées par le capitalisme moderne. Bien que les conséquences d'un échec puissent être désastreuses, au moins l'esthétique de ces mondes promet confort et familiarité, un endroit où vous appartenez.


Avec l'esthétique réconfortante de l'enfance, ces nouveaux mondes sont régis par des règles d'avancement explicites et bien définies. Dans le monde d'un isekai, les systèmes qui déterminent notre valeur sont solides et transparents, des chiffres précis avec des conséquences claires. Si nous souhaitons acquérir de la renommée, le processus est simple : nous poursuivons des quêtes et montons de niveau, acquérant des trésors et de l'expérience qui possèdent chacun une valeur concrète et immuable. Lorsque vous le comparez au monde réel, l'attrait d'un tel endroit est évident. En réalité, il est possible de lutter pendant des années sans aucun résultat visible, et de nombreuses voies professionnelles ne nous sont tout simplement pas accessibles, quel que soit notre effort personnel. Compte tenu de cela, les règles et les résultats clairs d'un isekai ou de Squid Game peuvent sembler tentants. Bien sûr, comme l'indique Squid Game, parfois l'illusion d'équité peut être utilisée pour perpétuer des systèmes d'injustice sous-jacents, ou même pour voir s'affronter des opposants potentiels à ces systèmes les uns contre les autres.

 

The Rising of the Shield Hero

 

L'isekai est loin d'être à l'abri de corruptions similaires à sa promesse initiale. Beaucoup de ces séries ne promettent pas nécessairement une évasion des hiérarchies de l'ancien monde, mais plutôt une inversion de l'ancien ordre social, les anciens perdants régnant désormais sur leurs anciens supérieurs. Écrites comme des fantasmes personnels d'évasion et de réparation, il n'est pas étonnant que ces histoires se rapprochent parfois de récits de vengeance impitoyables. Mais une telle voie est-elle vraiment une solution juste ou durable ? Tout comme réorienter la société sur les voies de qui peut courir le plus vite ou sauter le plus haut est ridicule dans Squid Game, il me semble que faire pencher la société vers les capacités du protagoniste n'est pas une solution à la véritable injustice derrière les récits d'isekai.


Alors quelle est la solution ? Ou du moins à quelle solution ces histoires arrivent-elles ? Dans Squid Game, les épreuves du hasard et de l'habileté se révèlent être une farce, et même si vous gagnez, vous devez toujours revenir à la réalité du quotidien oppressante. Apparemment comprenant cela, la plupart des protagonistes d'isekai ont tendance à traîner dans leur nouveau monde, abandonnant pour de bon l'insatisfaction de leur vie initiale. La vraie victoire sur les systèmes de l'ancien monde est impossible - soit vous acceptez que les choses soient toujours ainsi, soit vous organisez une retraite perpétuelle dans un univers fantastique.


Ni l'un ni l'autre n'est une fin particulièrement heureuse et aucun d'eux ne remet en question le statu quo qui pousse les protagonistes à se retirer du monde. Il y a une raison assez simple à cela : en vérité, il n'y a pas de réponse claire aux besoins émotionnels auxquels ces histoires répondent, du moins pas à un niveau sociétal global. Les fictions populaires tendent à refléter les conditions de leur création, et ce sont les enjeux dominants de notre temps ; si ces histoires semblent désespérées, c'est parce que nous cherchons encore des raisons d'espérer.

 

Death March to the Parallel World Rhapsody

C'est une proposition assez irréaliste quand chaque jour est une marche de la mort.

 

Nous vivons un moment difficile de l'histoire humaine et les histoires qui résonnent en nous le refléteront naturellement. Personnellement, j'aimerais voir plus d'histoires qui vont au-delà de la tragédie et offrent des représailles justes pour l'injustice économique. Et en fait, bon nombre des meilleurs isekai n'offrent pas de vengeance, mais un renouveau et la chance de créer un monde plus doux cette fois-ci. Mais même dans nos histoires les plus colériques, dans ces fantasmes d'évasion et de succès compartimentés, nous pouvons comprendre que nous nous battons tous dans les mêmes luttes. Des histoires comme celles-ci, qui touchent si profondément aux angoisses de la vie moderne, offrent un sentiment vital de solidarité quelles que soient leurs conclusions. Et j'espère que si de telles histoires peuvent nous unir, nous construirons un avenir avec des histoires plus brillantes à raconter.

 

Texte original par Nick Creamer de l'équipe US de Crunchyroll traduit vers le français

 

 

Guillaume Ghrenassia est un blogueur pop culture et high-tech depuis plusieurs années. Vous pouvez le suivre sur Twitter et Instagram également.

Autres Top News

0 Commentaires
Soyez le premier à commenter !
Trier par:
Bandeau hime

Essayez CrunchyrollBeta

Essayer